Parlement et refondation de l’État : le CNT ouvre le débat.

Comment élaborer une Constitution qui reflète les réalités et volontés du peuple ? Comment rassembler les différentes composantes du pays autour d’une vision commune traduite en texte et consensuel ? Autant de questions qui taraudent les esprits. En lançant le débat, le Conseil National de la Transition, dans sa dynamique d’inclusivité et de diversité, veut recueillir les avis de divers horizons, voire même à l’échelle africaine pour la rédaction d’une Constitution qui répond aux aspirations légitimes du peuple de Guinée.

Dans cette démarche panafricaniste, le CNT, sous le leadership de son Président Dr Dansa KOUROUMA a pu réunir, lors d’une plénière spéciale tenue ce lundi 6 février 2023 à l’hémicycle du palais du peuple, des délégations parlementaires venues du Mali, du Burkina Faso, du Tchad, de la Côte d’Ivoire et  du parlement de la CEDEAO.

Ce débat de historique à la dimension des personnalités invitées, a plongé le public dans une véritable amphithéâtre où les doctrinaires et législateurs, ont développé des approches en fonction des réalités spécifiques.

En prenant la parole, le Président du Conseil National de la Transition du Mali, le Colonel Malick DIAW a salué l’initiative du CNT Guinée qui vise à fédérer les idées pour une meilleure approche dans le cadre de l’élaboration de textes structurants susceptibles d’être la solution pour le peuple. Il a rappelé les efforts du Mali sur le chantier de la refondation, notamment le rôle de son institution dans ce processus. Déjà, l’organe législatif malien a voté 200 lois.

De son côté, le Président de l’Assemblée législative de la transition du Burkina Faso, Dr. Ousmane Bougouma, est revenu sur les différentes approches. Il s’agit surtout de l’inadéquation entre les Constitutions calquées sous l’empire des anciennes puissances coloniales et les réalités des sociétés africaines.

Pour sa part, le vice-président du parlement de la CEDEAO, honorable Sani Malam Chaibou Boucary, a insisté sur le respect des textes par les classes dirigeantes et les citoyens.

Très ravie de prendre part à ce débat de haut niveau, la vice-présidente du CNT du Tchad, honorable Hadiza Attimer, a invité les parlementaires à être en permanence, à l’écoute du peuple.

Unanimement, les membres des organes législatifs transitoires de ces pays africains, se sont accordés sur la nécessité d’engager des réformes institutionnelles courageuses pour la réussites de leurs Transitions.

Cette plénière a également connu la présence du Conseiller principal du Président de la transition en charge des relations avec les institutions républicaines, les représentants des différentes entités de la vie nationale.

A rappeler que cette plénière s’inscrit dans le cadre de la célébration de l’an 1 du CNT.

La cérémonie a pris fin par la remise des cadeaux aux membres des délégations parlementaires invités.