Programmation budgétaire pluriannuelle 2024-2026 : le CNT recueille les avis des partenaires socio-économiques sur le document

Après le lancement officiel du débat d’orientation budgétaire 2023, l’organe législatif de la Transition examine à présent, le projet de Programmation budgétaire pluriannuelle 2024-2026. Ce samedi 19 août 2023, les Conseillers nationaux ont reçu en inter-commissions, les partenaires économiques, financiers et sociaux de l’État dans la salle du 28 septembre du Palais du peuple. Elle a regroupé sous la Présidence de Dr Dansa KOUROUMA, Président du CNT, la première vice-présidente Hadja Maimouna YOMBOUNO BANGOURA, les membres de la commission du plan, des affaires financières et du contrôle budgétaire et des conseillers nationaux des autres commissions permanentes de l’institution.

 

A l’entame de ses propos, le Président de l’organe législatif de la Transition a rappelé aux structures invitées que l’objectif de la rencontre est de recueillir les avis de tous les acteurs concernés par le projet de Programmation budgétaire pluriannuelle 2024-2026. L’institution parlementaire veut recenser les préoccupations des acteurs de tous les secteurs de la vie nationale avant de se prononcer sur le document en plénière.

Les représentants des structures invitées ont saisi cette occasion pour demander aux législateurs d’agir pour que certaines mesures soient prises par le gouvernement et inscrites dans le document soumis à l’approbation de la représentation nationale. Il s’agit notamment de :

  • – la construction d’une école secondaire pour les sourds muets ;
  • – la formation et l’amélioration des conditions de vie des enseignants des sourds muets ;
  • – la subvention par l’État des organisations de la société civile guinéenne ;
  • – la redynamisation du projet ANAFIC ;
  • – la réduction des frais d’inscription hypothécaire ;
  • – la redevance sur les transactions électroniques ;
  • – l’accompagnement du secteur bancaire dans ses programmes de financement des investissements ;
  • – la réduction à 15 ou 18% de la TVA sur les prestations étrangères ;
  • – le payement de la dette intérieure ;
  • – l’adaptation des infrastructures aux personnes handicapées ;
  • – le financement des programmes de formation et de promotion des femmes à des postes de responsabilité ;
  • – le soutien aux corps de métiers qui interviennent dans la fabrication des équipements locaux ;
  • – Etc.

 

Ces doléances ont été compilées dans un document et remises aux membres de l’organe législatif de la Transition. Avant de lever la séance, le Président du CNT a invité les partenaires du secteur économique et social à faire également des prépositions de lois au Conseil National de la Transition. Pour permettre à l’institution de légiférer sur certaines de ces questions soulevées.

 

Cellule de Communication