LFR 2023: échanges entre les Conseillers membres de la Commission finance et les responsables des régies financières sur le volet recettes

La Commission du Plan, des Affaires Financières et du Contrôle Budgétaire,  a reçu ce mercredi 13 septembre 2023, dans sa salle de réunion, les responsables des régies financières de l’Etat, à l’effet d’étudier et d’examiner le Projet de loi de finances rectificative 2023, dans son volet recettes.

 

De 12 h 40 à 16 H 05 les membres de la Commission, sous l’égide de leur Président, l’honorable Hamidou Camara ont posé toutes les questions et préoccupations liées à une meilleure vision synoptique du document.

 

D’entrée, L’honorable Hamidou Camara a donné la parole au Directeur national du budget, Mohamed Karifa DIAWARA qui a fait un bref aperçu du PLFR 2023. Puis, l’Honorable Camara a demandé aux responsables des régies financières d’éclairer la religion des Honorables Conseillers nationaux sur les recommandations formulées par le CNT pendant l’adoption de la Loi de finances initiale de l’année 2023.

 

Les responsables des régies, s’exprimant à tour de rôle, ont promis de donner des réponses à toutes ces questions lors de la seconde séance de travail, prévue ce jeudi.  Mais d’ores et déjà, une assurance a été faite aux  membres de la Commission de l’exécution en cours de ces recommandations. Il s’agit par exemple de l’utilisation des outils numériques pour la mobilisation des recettes de l’Etat, de l’amélioration de certaines lignes budgétaires comme la restauration et la dotation en produits pharmaceutiques des personnes en situation carcérales au compte du Ministère de la justice, la prise en charge en médicaments des personnes souffrant d’albinisme, la prise en charge salariale des contractuels (experts) de l’ACGP, l’amélioration du budget du FONIJ, la mise en place des Conseils d’administration et la tenue des sessions des CA dans les organismes publics, le recouvrement des dividendes de l’Etat…

 

A la fin de la séance, le Président de la Commission, l’honorable Hamidou Camara a dit toute sa satisfaction quant au bon déroulement des travaux et du niveau de mobilisation des recettes de l’Etat pendant le premier semestre de l’année.

 

« Nous avons reçu les responsables des régies financières de l’Etat (les Directeurs généraux du Budget, des Impôts, de la Douane, du Trésor, du Portefeuille et du patrimoine de l’Etat) dans le cadre de l’exécution du volet recettes du budget 2023. Et nous avons eu des résultats très satisfaisants. Par rapport aux années précédentes, c’est une très bonne appréciation en la matière. Puisque vous vous rendrez compte qu’il y a eu des efforts très considérables qui ont été fournis par l’Etat à ce niveau. Nous sommes en train d’examiner le document, nous avons exprimé nos préoccupations et ces responsables techniques des départements composant le pool financier et économique de l’Etat ont promis d’apporter des réponses ce jeudi pour clôturer les échanges sur ce point», a précisé l’honorable Hamidou Camara.

 

Même son de cloche chez le Directeur national des impôts, Monsieur Mohamed Karifa DIAWARA qui s’est réjoui du bon climat qui a marqué cette rencontre.

 

Selon le Projet de Loi de finances rectificative 2023, les recettes de l’Etat vont porter sur 29 mille 029 milliards 32 millions  contre 27 mille 910 milliards 95 millions, soit une augmentation de mille 118 milliards 37 millions (1 118 milliards 37 millions).

 

Les trois principales régies financières de l’Etat à savoir la Direction générale des impôts, celle des Douanes, et du Trésor et de la comptabilité publique sont chargées de compléter ces montants d’ici le 31 décembre 2023.

 

Cellule de communication 

LFR 2023: le budget du Ministère de la santé fait un bond de 64 milliards GNF

Le Ministre de la santé et ses cadres étaient face aux Honorables Conseillers nationaux de la commission santé dans le cadre de l’examen du projet de Loi de finances rectificative exercice 2023. Les travaux ont porté sur l’exécution du budget du département se chiffrant à 2 mille 35 milliards de francs guinéens (LFI 2023).


Le département a enregistré une augmentation des allocations budgétaires de 64 milliards GNF au compte de la LFR. Mais ce budget reste insuffisant aux dires du Ministre de la santé. Car, selon Dr Mamadou Péthé DIALLO, la Guinée a pris des engagements au niveau de la CEDEAO et au plan international pour l’augmentation du budget du Ministère de la santé à 15%. Ce, dans le but de renforcer les systèmes de santé, d’assurer une couverture santé universelle, d’acheter des médicaments et vaccins, de riposter rapidement face aux épidémies etc.

 

Dans le même sillage, le Ministre a rappelé que la faiblesse des ressources financières, la régulation budgétaire, le retard dans le paiement des subventions destinées au fonctionnement des structures sanitaires, impactent négativement sur les priorités de son département. Il a également signalé le besoin à date, de recrutement de 12 mille professionnels de santé.

 

Au terme de son exposé, les Conseillers nationaux ont posé des questions sur l’harmonisation des tarifs des médicaments et de la nomenclature des maladies, la prolifération des cliniques privées avec des coûts exorbitants, la lutte contre les faux médicaments, le fonctionnement et le transfert des services au CHU de Donka…

En réponse, Dr Mamadou Péthé DIALLO, a rassuré les Conseillers nationaux des dispositions déjà prises par son département pour pallier certains manquements. Il a mis l’accent sur l’achat obligatoire des médicaments à la Pharmacie centrale de Guinée. Pour la lutte contre les faux médicaments, il a mentionné que 17 milliards GNF sont disponibles pour la recherche et la destruction des stocks sur une période de deux ans.

 

Au titre des recommandations, la commission santé a recommandé la révision du projet du code de santé publique. Les travaux ont pris fin par l’évaluation du Ministre initiée par le bureau du CNT pendant cette session.

Cellule de communication

LFR 2023: le Ministre de l’urbanisme et de l’habitat défend son budget devant les Conseillers nationaux

Dans le cadre des travaux d’examen du projet de Loi de finances rectificative exercice 2023, les membres du Gouvernement se succèdent devant la représentation nationale pour défendre leurs budgets sectoriels.

 

Ce mercredi 13 septembre 2023, c’était le tour du Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire, de passer devant les Conseillers nationaux membres de la commission affaires économiques et développement durable du CNT.

Le chef de ce département M. Ibrahima Kalil CONDE accompagné des cadres du Ministère, a profité de l’occasion pour présenter la politique sectorielle de son département.

Il a également évoqué l’épineuse question de la gestion foncière avec le processus de digitalisation du processus d’obtention des documents, la récupération et la viabilisation des domaines de l’Étatl…

 

Le Ministre Ibrahima Kalil CONDE a invité les Conseillers nationaux à appuyer son département en termes de plaidoyers et recommandations pour une allocation budgétaire conséquente en vue de la mise en œuvre efficace de la politique sectorielle de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’aménagement du territoire.

 

Cellule de communication 

LFR 2023: le budget réactualisé du Ministère de la sécurité et de la protection civile en débat à la Commission défense et sécurité du CNT

La salle de réunion de la Commission défense et sécurité a servi de cadre d’échanges ce mercredi 13 septembre entre cadres, entre les responsables du pool financier du Ministère de la sécurité et de la protection civile et les Conseillers nationaux membres de ladite commission.


Les débats ont porté sur l’examen du budget sectoriel inscrit dans le projet de loi de finances Rectificative 2023, en son volet dépenses qui se chiffrent à 792.975.063GNF contre 637.854.960 GNF en LFI soit une augmentation de 155.120.103 GNF.

 

Ces dépenses sont réparties comme suit :

-Depenses du Personnel : LFI :463.379.343 GNF

LFR: 492.276.421

-Dépenses en biens et services : LFI 49.928.823 GNF ;

LFR 49.928.823 GNF

-Dépenses de transfert :

LFI 15.750.384 GNF ;

LFR 17.776.314 GNF

Dépenses d’investissement :

LFI 108.796.410 GNF;

LFR 232.993.505 GNF.

 

Selon le Secrétaire Général du département, cette  augmentation des dépenses surtout au niveau des investissements est due aux besoins de:  fourniture des équipements de protection civile,  la construction des centres de perfectionnement de la protection civile, la construction du laboratoire de la police scientifique et des brigades anti criminalité ( BAC), la construction de l’école nationale de la police, la construction du siège du département, la construction de 12 commissariats centraux, la construction des brigades anti criminalité etc.

 

Sur les questions relatives aux recettes et le niveau d’exécution du budget initial, le pool financier du département a promis de répondre par écrit dans les jours à venir.

Après avoir répondu aux questions et préoccupations des Honorables conseillers nationaux du CNT, les émissaires du colonel à la retraite Bachir Diallo ont invité les Conseillers nationaux de la Commission défense et sécurité à plaider pour l’acceptation de ce budget sectoriel de leur département dans sa globalité afin de faire face aux besoins de sécurité.

 

Avant de lever la séance le vice-président de la commission s’est réjouis de la qualité des interventions et faits des recommandations pour une meilleure efficacité dans le cadre de la mise en œuvre de la politique sectorielle du département de la sécurité et de la protection civile.

 

Cellule de communication