LFR 2023: le budget du Ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation enregistre des crédits supplémentaires

Dans le cadre de l’examen du Projet de Loi de finances Rectificative 2023, le budget du Ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a été passé au peigne fin ce jeudi 14 septembre 2023 par les Conseillers nationaux de la Commission santé éducation affaires sociales et culturelles du CNT. La délégation du département a été conduite par le Ministre Guillaume Hawing entouré de ses cadres techniques .

 

Le budget réactualisé est de 2 mille 156 milliards 067 millions 284 gnf contre une envelloppe de 1 968 milliards 045 millions 717 GNF en LFI. Soit une hausse de plus de 188 milliards GNF.

Selon le Ministre, le département de l’enseignement Pré-universitaire et de l’alphabétisation s’est lancé dans un vaste programme de reformes techniques, infrastructurelles et de formation en vue d’ameliorer la qualité de l’enseignement-apprentissage.

M. HAWING a ensuite détaillé devant les Conseillers nationaux, quelques grands axes de son plan d’action et les resultats déjà obtenus.

Parmi les activités réalisées, figurent entre autre:

-La construction de 59 écoles primaires avec logements des enseignants, forages et latrines;

-Les travaux de construction de 4 écoles de type EP/Barry Diawadou;

-95 autres écoles dans les projets’’ initiatives Présidentielles’’;

-La rénovation de 8 centres régionaux de formation continue;

-La relance des chantiers en construction à l’arrêt tel que le Lycée Bonfi;

-La commande de plus de 4 mille manuels de Maths et des cahiers multi-activité pour le Primaire;

-La commande de plus de 16 mille manuels de français et de sciences physiques pour le secondaire;

– 300 ordinateurs dont 100 portatifs et 26 véhicules comme dotation pour les services techniques du département;

-Organisation de la semaine du mérite scolaire et du championnat scolaire etc.

 

Le pool économique du Ministère de l’enseignement Pré-universitaire au sujet de l’analyse globale des dépenses par la voix du Directeur administratif et financier, a indiqué que le taux d’exécution se chiffre à 60,29 % en terme d’engagement et de 54,1 % en terme de payement.

 

En dépit de ces grands chantiers et réformes institutionnelles, le département se trouve toujours confronté à plusieurs difficultés.

Il s’agit notamment de la vétusté et de l’insuffisance des infrastructures et équipements scolaires; le besoin de renforcement des capacités des enseignants ou encore l’insuffisance de manuels scolaires et de supports pédagogiques et le payement des arriérés de primes des contractuels communautaires.

 

Par ailleurs le Ministre Guillaume HAWING se dit engagé à poursuivre les chantiers et les grandes reformes inscrits dans son plan d’action afin d’asseoir à terme, les fondements d’une éducation de base inclusive et de qualité .

 

Les conseillers nationaux sur la base d’un document de travail, ont invité le chef du département à faire l’état des lieux autour des recommandations qui lui ont été faites lors de son dernier passage au CNT.

Ces recommandations portaient entre autre sur ;

-Le renforcement de la rigueur dans les évaluations aussi bien au niveau des examens nationaux qu’à celles des classes intermédiaires;

-de l’opérationnalisation de l’Office national du baccalauréat ;

-du positionnement des sortants des Écoles Normales d’Instituteurs (ENI) et de l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG) lors des recrutements des enseignants;

-de la réduction progressive des effectifs des élèves par salle de classe ;

-de la création d’une direction nationale de l’enseignement franco-arabe ;

-du renforcement des cours d’instruction civique et morale au niveau du primaire et du secondaire, de l’implication des communautés à la base dans la construction et la rénovation des infrastructures scolaires et créer des conditions attractives (cantines, espaces de jeu, bourses d’incitation);

-de l’initiation des journées vertes dans les écoles (un élève-un arbre, potagers scolaires,)…

 

En réponse, le Ministre a fait informé les Conseillers nationaux que presque toutes ces recommandations ont été prises en compte et que beaucoup ont été mises en oeuvre, certaines sont en cours de réalisation et d’autres figures parmi les priorités de son département .


La deuxième étape de ces échanges avec les conseillers nationaux a porté sur l’évaluation de la gouvernance administrative financière et stratégique des différents départements.

 

Soumis au même exercice, le Ministre Guillaume HAWING a donné des détails sur sa gestion administrative, ses outils de contrôle et d’évaluation interne et sur les moyens de communication pour une lisibilité et visibilité de ses actions aupès des citoyens.

 

Tout comme cela a été le cas pour les autres, départements ministères passés avant lui, les membres de la commission ont de nouveau rappellé au Ministre que des missions seront organisées pour comparer ce qui est dit dans les rapports et la réalité sur le terrain.

 

Ces travaux en commission qui se sont déroulés dans un cadre du donner et du recevoir , ont connu la participation des deux vice- Présidents du CNT.

 

Cellule de communication

Examen LFR 2023: le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation se soumet à l’exercice

A l’image de ses collègues membres du Gouvernement, le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation accompagné de ses cadres, est venu présenter et défendre le projet de budget sectoriel de son département.


Une occasion pour M. Mory CONDÉ, de revenir sur quelques performances opérées par son Ministère durant ces derniers mois.

 

Il s’agit notamment de la formation des cadres et autorités déconcentrés. Pour imprimer une meilleure politique de gouvernance territoriale, le Ministre a renforcé les capacités des Gouverneurs et préfets en vue d’une parfaite appropriation de leurs missions de représentants de l’État dans les circonscriptions administratives du pays.

Plus loin, le Ministre Mory CONDÉ a annoncé la mise à disposition des administrateurs territoriaux, des tenues de travail requises en la matière. Désormais, les Gouverneurs, préfets etc, vont arborer ces tenues lors des cérémonies officielles dans leurs localités respectives ou tout autre lieu qui le requiert. Au nombre des acquis, figure également la digitalisation du dispositif de communication interne et externe.

 

Sur le plan du processus du retour à l’ordre constitutionnel, des efforts sont également faits, annonce M. CONDE. C’est par exemple les actions menées dans le cadre du recensement général de la population et celui à vocation d’état civil.

 

Département de tutelle de la Direction en charge des catastrophes naturelles et autres situations d’urgence, le Ministre Mory CONDE a plaidé auprès de la représentation nationale pour un allègement du processus de décaissement pour une prise en charge optimale des victimes de ces calamités de la nature.

 

Au nombre des défis annoncés par le Ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, c’est la construction ou rénovation des édifices qui abritent les administrations déconcentrées à travers le pays.

 

Lors de la phase des questions-réponses, les honorables Conseillers nationaux ont demandé aux cadres de l’administration du territoire et de la décentralisation, d’accélérer l’élaboration d’un certain nombres de projets de loi allant dans le sens de la réforme du secteur des ONG et associations.

 

Cellule de communication

LFR 2023: le budget du Ministère de la pêche et de l’économie maritime enregistre une hausse de 13 milliards GNF

Les Conseillers nationaux membres de la Commission des Affaires Economiques et du Développement Durable ont reçu ce mercredi 13 septembre 2023, la Ministre de la pêche et de l’économie maritime. Madame Charlotte DAFFE accompagnée des cadres de son département, est venue présenter et défendre le projet de budget sectoriel de son département. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des travaux d’examen du projet de Loi de finances rectificative 2023.

 

Les crédits alloués au département au compte de la LFR est de 148 milliards 214 millions GNF) contre 134 milliards 862 millions 160 mille 637GNF en  LFI 2023. Soit une augmentation de 13 milliards 345 millions 053 mille 363 GNF(9,9%).

 

Cette hausse du budget est consécutive à la prise en compte des contrats prioritaires signés en 2022 non pris en compte dans la LFI 2023.

Au nombre des acquis pour cette année, figurent entre autres :

-L’adhésion de la Guinée à l’initiative de la transparence des pêches;

– L’adoption et la vulgarisation de la réglementation sur les modalités d’application de la cogestion des pêcheries;

-La réalisation des opérations de patrouille dans la zone côtière et hauturière;

– L’acquisition des moyens roulants(17 véhicules et 32 motos) pour l’amélioration des conditions de travail dans les services centraux et déconcentrés etc

– Les redevances de pêche à hauteur de 51 milliards 253 millions 252 mille 432 GNF).

 

Lors des échanges, le Président de la commission honorable Dr Alpha Abdoulaye DIALLO a rappelé que cet exercice consiste à faire l’état des lieux mais aussi assurer le contrôle de l’action gouvernementale qui est l’une des missions du Conseil National de la Transition.

 

Dans la phase des questions, les Conseillers nationaux ont soulevé entre autres: la lutte contre la pêche illicite ou non réglementaire, la cartographie des sociétés de pêche etc.

 

Cellule de communication 

LFR 2023 : le budget du Ministère de l.Information et de la Communication en examen par le CNT

La Ministre de l’Information et de la Communication Mme Aminata Kaba en compagnie des cadres de son département a été reçue dans la soirée de ce mercredi 13 septembre 2023, par les Conseillers nationaux membres de la commission Réconciliation, Droits Humains, Justice Information et Communication que dirige Elhadj Abdoul Karim DIOUBATÉ. Cette rencontre d’échanges s’inscrit dans le cadre de l’examen du projet de la Loi de Finances Rectificative exercice 2023.

 

Les débats ont porté sur l’exécution du budget alloué au Ministère de l’Information et de la Communication ; l’évaluation des activités réalisées, celles en en cours, les difficultés rencontrées, les perspectives ainsi que les recommandations.

Au sortir de cette rencontre fructueuse, la ministre s’est exprimée en ces termes : « Les conseillers ont cherché à comprendre la gestion interne de notre département, le niveau d’exécution des activités et le niveau d’exécution budgétaire dans son intégralité également faire des propositions de recommandations afin que la commission puisse nous aider à défendre non seulement notre budget et à mieux exécuter les objectifs assignés à notre département » a-t-elle souligné.

 

Le département a réalisé 50% des activités inscrites dans la lettre de mission et compte élaborer de son plan d’action opérationnel (PAO) d’ici la fin de l’année, a annoncé Madame la Ministre.

S’agissant des innovations apportées au Ministère de l’information et de la communication, Mme Aminata KABA a énuméré les principales qui selon elle contribueront : « En termes d’innovation, nous avons organisé la semaine nationale de l’information et de la communication (SENAMIC) qui a été institutionnalisée, donc qui se tiendra chaque année pendant quatre (4) jours ; un évènement qui réunit les experts et acteurs des secteurs de l’information et de la communication ; la mise en place d’une salle multimédia au sein du Ministère de l’information et de la communication ; l’équipement du centre de formation et de perfectionnement ; la salle de veille qui nous permet d’être au courant de ce qui se passe au niveau des chaines nationales et internationales ; le développement d’une plateforme pour automatiser le processus d’agréments de télévisions et de radios ; nous avons également doté des cadres des radios rurales de certains outils et des moyens de déplacements une manière de renforcer leurs capacités ; la relance du quotidien national Horoya ; la sécurisation des recettes de l’État avec la création d’un compte unique au trésor public.  Autre innovation est celle de la mise en place d’un comité d’évaluation des cadres dans le processus d’attribution de postes de responsabilités » a-t-elle souligné. Avant de demander aux Conseillers nationaux d’appuyer son département dans le cadre de la réalisation de leurs projets notamment : « les projets prioritaires présidentiels dont entre autres, la nouvelle chaine thématique et la TNT qui est la télévision numérique terrestre et également d’autres pour valoriser notre budget. Car, notre département est un secteur primordial et transversal. Sans la communication et l’information, je pense que toute action qui est déjà faite par un gouvernement ne peut être mise en valeur sans notre département » a-t-elle rappelé.


C’est l’honorable Mory DOUNOH, secrétaire parlementaire et membre de la commission Réconciliation, Droits Humains, Justice Information et Communication qui a parlé au nom de cette commission. Il a dit qu’étant de pleins pieds dans l’examen de la Loi de Finances Rectificative : « il était important de comprendre avec les différents départements en termes de mobilisation des recettes et de dépenses effectuées. Car, dans le cadre de la LFI de 2023, le CNT étant l’organe législatif avait accordé des allocations budgétaires à ces départements. Donc, nous avons procédé à une interview avec Madame la Ministre de l’information et de la communication sur le contenu de leur lettre de mission et d’autres aspects qui touchent à l’évaluation des politiques publiques notamment sectorielles. Au cours de cet entretien une dizaine de questions ont été posées par les honorables Conseillers Nationaux de la commission, et Madame la Ministre a répondu à ces questions. En tout cas, la rencontre s’est déroulée dans un cadre idéal et convivial parce qu’il s’agit d’un dialogue coopératif et institutionnel entre l’Exécutif et le Parlement » a-t-il souligné.

 

Le département de l’information et de la communication en plus du budget national, cherche aussi des partenaires au développement pour mobiliser des fonds en vue de réaliser quelques activités liées à la formation et aux équipements de ses services, a informé la Ministre qui a cité quelques partenaires notamment le PNUD, l’UNESCO, la BAD…

 

Cellule de communication

LFR 2023: le budget du Ministère des sports en nette augmentation

Dans le cadre de l’examen du Projet de loi de finances Rectificative 2023, les Conseillers nationaux de la commission santé éducation jeunesse affaires sociales et culturelles ont reçu ce mercredi 13 septembre 2023, le Ministre de la jeunesse et des sports.

 

Le Projet de Loi de finances rectificative 2023, prévoit pour ce ministère une enveloppe globale de 698 Milliards 792 millions 880 mille franc guinéen contre 380 Milliards 160 millions 792 mille 237 Franc guinéen dans le Projet de Loi de finance initiale 2023 soit une hausse de plus de 318 milliards de franc guinéen.

 

Cette hausse s’explique selon le Ministre Lansana Béa DIALLO par la réalisation de grands projets infrastructurels notamment la construction de nouveaux stades et la rénovation du stade du 28 Septembre et celui Général Lansana CONTE de Nongo.

Cependant souligne le Ministre, le retrait par la CAF de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations à la Guinée avait bouleversé les prévisions budgétaires et la mobilisation des ressources.

 

Sur le niveau d’exécution des activités, le chef du Département des sports a indiqué la poursuite de la mise en place du conseil national des jeunes, la vulgarisation du sport à la base, la construction des infrastructures éducatives, la formation et l’insertion des jeunes ou encore le lancement des travaux dans le cadre du projet Emmergence Bambeto -Cosa-Sangoyah,  une initiative présidentielle.

 

Parmi les difficultés exposées par le Ministre, il y a la sous évaluation des besoins en fonction des spécificités du département et la faiblesse des régulations budgétaires. Le chef du departement reconnait que le sport guinéen éprouve d’énormes difficultés à jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu.

 

Cette faiblesse s’explique par le fait que sur le plan de la formation technique, juridique, organisationnel et institutionnel, il manque de cadre approprié d’orientation stratégique et opérationnelle permettant d’assurer un plein épanouissement des jeunes. A cela s’ajoute la faiblesse des investissements surtout au plan infrastructurel.

 

Pour redynamiser son département et atteindre les objectifs qu’il s’est assigné, le Ministre de la jeunesse et des sports compte sur l’appui des Conseillers nationaux notamment dans le cadre législatif et de lobbying pour une revalorisation du budget du département.

 

Ces travaux en commission ont été également mis à profit par les Conseillers nationaux pour évaluer la gestion administrative et stratégique du ministère de la jeunesse et des sports.

 

Sous la direction du Professeur Hassane BAH, Président de la Commission, des questions ont été posées par les Conseillers nationaux en lien avec les stratégies d’action du ministre, ses outils de contrôle et d’évaluation et sur par exemple, sa stratégie de communication pour une gestion saine et transparente.

 

L’autre étape de cet exercice de contrôle de l’action gouvernementale, consistera dans les prochains jours, à organiser des visites de terrain pour voir ce qui a été fait concrètement et ce qui est dit dans le rapport.

 

Le ministre et ses cadres ont promi de mettre rapidement à la disposition de la Réprésentation nationale des notes techniques et tous les autres documents stratégiques devant permettre aux Conseillers nationaux d’avoir une très bonne lecture du fonctionnement et de la gestion de leur département.

 

Cellule de communication