Engagement des femmes en politique: les Conseillères nationales édifiées sur la thématique

Un atelier de renforcement des capacités des Conseillères nationales membres du Caucus du CNT, a démarré ce mercredi 14 février 2024 autour de la thématique: « quelles actions à mener pour augmenter le nombre et le rôle des femmes en politique en Guinée »?

 

C’est la première Vice-présidente du Conseil National de la Transition, Hadja Maimouna YOMBOUNO-BANGOURA qui a présidé la cérémonie de lancement des travaux. Elle a connu la présence de M.Tommaso Caprioglio, coordinateur du projet (PARD-Guinee), de Mme Florina Costica, de la délégation de l’union européenne et de certains Conseillers nationaux.

 

Financée par l’union européenne et Coordonné par le Projet d’Appuis au Renforcement de la démocratie en Guinée (PARD-Guinee), cette formation de deux jours a pour but d’accroître la participation en politique.

 

Mme Florina Costica dans son allocution, ressort que : « les femmes représentent une force dynamique et vitale dans la société guinéenne. Leur participation à la vie politique est essentielle pour assurer une représentation équilibrée des politiques inclusives et un avenir prospère pour tous ».

 

Elle souligne également que celles-ci, en participant activement à la vie politique, peuvent plaider en faveur de l’égalité des genres, de l’accès à l’éducation, de la santé maternelle et infantile, questions cruciales pour le développement social et économique du pays.

 

Selon la facilitatrice, la politique du genre exige une approche multidimensionnelle de longue haleine à la fois politique, sociale, économique, culturelle, religieuse qui touche tous les domaines et secteurs de la société et reste fondamentale pour atteindre tous les objectifs du développement durable.

 

-L’instauration d’une égalité et parité entre les hommes et les femmes est une question cruciale non seulement de droit, de démocratie, d’égalité, de dignité, de respect personnel mais aussi de développement.

 

Théophile LOUA

Caucus des femmes du CNT : Honorable Hawa DIAKITÉ succède à l’Honorable Aminata BAH

Les Conseillères nationales membres du nouveau bureau exécutif du Caucus des femmes du Conseil National de la Transition, sont désormais connues. C’est l’Honorable Hawa DIAKITÉ qui prend la tête de cette structure qui regroupe les 25 femmes membres du CNT. C’était à la faveur de la première journée de l’assemblée générale de ladite structure tenue ce jeudi 1er février 2024 à l’hôtel Palm Camayenne.

La rencontre a eu lieu sous la présidence de Hadja Maimouna YOMBOUNO-BANGOURA, première Vice-présidente du CNT, en présence des partenaires techniques et financiers.
Dans son intervention de circonstance, la Présidente sortante du Caucus, a d’abord remercié le Président du CNT, Dr Dansa KOUROUMA, pour son soutien durant son mandat, ses collègues Conseillères nationales, pour la franche collaboration et les partenaires, pour leur accompagnement. Honorable Aminata BAH a fait des recommendations dont entre autres, la création d’une Direction genre et équité au sein du CNT, la poursuite des initiatives engagées, le maintien de la cohésion pour une meilleure efficacité du Caucus etc.

Au nombre des acquis du bureau sortant, il y a notamment, la prise en charge de dix souffrant de fustiles obstreticales, l’organisation d’ateliers de renforcement des capacités, des dons aux femmes des îles de Loos…

 

Cette assemblée générale est mise à profit pour édifier les Conseillères nationales sur la communication et la prise de parole en public.

 

Le coordinateur du projet d’appui au renforcement de la démocratie en Guinée ( PARD GUINEE) a invité le nouveau bureau à redoubler d’efforts dans la lutte pour une meilleure représentativité des femmes aux postes électifs et leur présence dans les instances de prise de décisions. M.Tommaso Caprioglio, a réitéré le soutien inconditionnel du PARD GUINÉE au Caucus des femmes du CNT.

Même son de cloche chez la Cheffe de la délégation de l’union européenne en Guinée. Florina Costica a appelé les femmes du Caucus à rester unies et solidaires dans le combat pour la participation politique et la promotion des femmes.

 

A rappeler que le nouveau bureau du Caucus, compte neuf membres à l’image du bureau sortant.

 

Justine Finda Tonguino et N’Nabinty Camara

Renforcement des capacités : le Président du CNT lance les travaux d’échanges sur la maîtrise du contrôle de l’exécutif et de l’amélioration du travail parlementaire

Voter les lois, évaluer les politiques publiques, contrôler l’action du gouvernement, sont entre autres les missions dévolues au Conseil National de la Transition. Depuis son installation et sous le leadership de son Président Dr Dansa KOUROUMA, l’organe législatif de la Transition multiplie les rencontres de renforcement des capacités des Conseillers nationaux et agents de l’administration parlementaire. L’idée est de permettre à la représentation nationale d’accomplir ses missions hautement stratégiques pour la réussite de la Transition.

Cette rencontre qui a démarré ce samedi 09 décembre 2023 à l’hôtel Noom, est organisée en collaboration avec l’union européenne à travers le Projet d’Appui au Renforcement de la Démocratie (PARD-Guinée).

 

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Coordinateur du Projet PARD-Guinée, M. Tommaso Caprioglio, dira que le contrôle de l’exécutif est essentiel pour optimiser l’efficacité de l’action publique.

 

En lançant les travaux, le Président du CNT a invité ses collègues Conseillers nationaux à plus de concentration pour mieux appréhender les mécanismes d’évaluation des politiques publiques. Pour Dr Dansa KOUROUMA, les législateurs doivent avoir tous les outils nécessaires pour une grille de lecture efficace et efficiente de la gouvernance.

Il a réitéré son engagement à œuvrer pour renforcer le capital de connaissance et d’expertise des Conseillers nationaux pour permettre à son institution à répondre efficacement aux attentes des populations guinéennes pour une Transition réussie.

 

Durant deux jours, les participants vont échanger sur la fonction de contrôle des actions du gouvernement et de son administration, notamment sur les questions, les interpellations, les motions, les recommandations, les lois budgétaires et les techniques d’évaluation des politiques publiques.

 

Le partage d’expériences des Parlements de la sous-région ouest-africaine fait partie des modules prévus avec l’objectif de mettre à disposition des membres du CNT les bonnes pratiques parlementaires et de cas problématiques expérimentées dans d’autres pays.

 

Boubacar Koyla DIALLO

Renforcement des capacités: lancement d’une formation du personnel parlementaire sur le leadership, le management public et la gestion des projets publics

Depuis son installation, le Président du Conseil National de la Transition a fait du renforcement des capacités opérationnelles du personnel parlementaire, une de ses priorités. Cette volonté de Dr Dansa KOUROUMA se traduit par la mise en place du centre d’étude, de recherche et formation parlementaire, (CERFOP).

 

C’est dans cette dynamique que le CERFOP a initié cette formation du personnel de l’institution qui a démarré ce mardi 24 octobre 2023 dans la salle du 28 septembre du Palais du peuple.
Au menu des thématiques à aborder, le leadership, le management public et la gestion des projets publics.

 

Pour le Directeur du CERFOP, Dr Kalil Aissata KEITA, l’initiative s’inscrit dans la vision du Président du CNT qui entend mettre en place une administration parlementaire efficace et capable de répondre aux attentes des autorités et membres de l’institution. Il dira que le CERFOP va continuer à travailler pour améliorer les capacités opérationnelles des travailleurs parlementaires.

 

En lançant les travaux au nom du Président du Conseil National de la Transition, la première vice-présidente du CNT, est revenue sur les motivations de cette initiative. Hadja Maïmouna YOMBOUNO-BANGOURA soutient qu’une des conditions de la mise en œuvre des réformes repose sur la qualification des travailleurs, optimiser les capacités et maximiser les performances du CNT. Elle a souligné que la formation est un levier indispensable pour assurer son propre avenir. C’est pourquoi, Hadja Maimouna YOMBOUNO-BANGOURA a félicité le CERFOP pour son dynamisme et sa pro activité. Elle a invité les participants à plus de concentration pour mieux assimiler les thématiques.

 

A rappeler que les travailleurs parlementaires ont été répartis en plusieurs groupes pour une meilleure compréhension des thèmes développés durant la formation.

 

Boubacar Koyla DIALLO

Formation : lancement des travaux de l’atelier de Production des Outils Stratégiques du CERFOP

La Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES) et le Conseil National de la Transition (CNT) organisent les 28 et 29 septembre 2023, à Coyah, un atelier de Formation sur l’Autonomie et la Responsabilité des Institutions Indépendantes et de Production des Outils Stratégiques du Centre d’Études, de Recherches et de Formations Parlementaires (CERFOP).

L’objectif de cet atelier est de permettre au CERFOP de se doter d’un plan stratégique et opérationnel et de contribuer à renforcer les capacités des Conseillers nationaux et du personnel d’appui du CNT sur les notions d’autonomie et de responsabilité des institutions indépendantes.

 

Selon Dr Kalil Aïssata Keïta, Directeur Général CERFOP, les thèmes qui seront abordés au cours de cette session de formation s’inscrivent dans les quatre axes d’intervention du CERFOP : suivi et évaluation, étude, recherche et formation.

« Avec l’ensemble des participants, le consultant, nous allons faire des réflexions autour de ces quatre axes qui sont définis pour le CERFOP. À l’issue de ces deux jours de travaux, nos attentes sont très claires. Il s’agit de l’obtention du document qui va être le plan stratégique annuel du CERFOP et son plan d’action opérationnel annuel », a-t-il renchérit.

 

Prenant la parole, Mme Binta ANN Directrice pays adjointe IFES, a indiqué que l’initiative s’inscrit résolument dans la mise en œuvre des activités du projet d’appui à la transition et aux processus électoraux, un consortium IFES/NDI sous financement de l’Agence américaine pour le développement international (USAID).

 

Pour elle, discuter de la planification opérationnelle et de la planification stratégique qui vont régir l’organisation et le fonctionnement du centre de formation parlementaire et réfléchir sur les tenants et les aboutissants de l’amélioration de la fonction législative dans une dynamique de doter à ses membres un savoir spécialisé dans un contexte de refondation, est une tâche qui lui paraît de première portée.

 

Dans son discours d’ouverture des travaux de cet atelier, Honorable El hadj Seny Facinet Sylla, 2ème vice-président du CNT a, au nom du président de l’organe législatif de la transition remercié   IFES GUINÉE pour son accompagnement aux autorités pour une transition réussie.

 

Poursuivant, il demande aux participants d’être plus actifs pour permettre l’atteinte des objectifs de l’atelier. « Nous savons que c’est un aréopage de personnages de qualités. Des gens n’ont pas été choisis au hasard, ils ont été triés en raison des expériences que nous connaissons des uns et des autres. Donc, ce que nous leur demandons, c’est d’être le plus actifs possibles pour permettre à l’atteinte des objectifs de l’atelier. Deux jours c’est court, mais je suis convaincu qu’au regard de l’expertise dont ils disposent, ces deux jours suffiront à atteindre les résultats escomptés », a-t-il lancé.

 

Au total trente (30) participants prennent part à cet atelier dont vingt et quatre (24) viennent du CNT, trois (3) du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), trois (3) employés du staff d’IFES.

 

Cellule de communication

Dakar : le CNT participe à la rencontre parlementaire sur la gestion intégrée des ressources marines et côtières

La capitale sénégalaise, Dakar a abrité du 05 au 07 septembre 2023, l’atelier de présentation des enjeux de gestion intégrée des ressources marines et côtières. La délégation du CNT composée des Honorables Conseillers Nationaux Aissata CAMARA vice-présidente de la commission affaires économiques et développement durable et Bangaly Cherif, membre de ladite commission, a activement contribué aux échanges entre les parlementaires et élus locaux.

 

Il était question de débattre sur des politiques d’aménagement à travers un dialogue constructif, pour un engagement des parlementaires et les élus locaux sur :

  • les problématiques de la gestion de la zone côtière ;
  • le processus de ratification des 4 protocoles additionnels à la Convention d’Abidjan et le renforcement des cadres juridiques nationaux.

La façade atlantique de l’Afrique dispose d’écosystèmes marins et côtiers (les mangroves, les zones humides, les dunes sableuses, les herbiers marins, etc.) riches, diversifiés et qui constituent une protection naturelle face à l’élévation du niveau marin et aux épisodes climatiques extrêmes. Ces écosystèmes sont également la source de production de ressources et de services vitaux pour les populations et des opportunités économiques significatives. Ils sont aujourd’hui menacés par des risques anthropiques majeurs et des évènements climatiques extrêmes compromettant ainsi leur existence et/ou le maintien des biens et services qu’ils procurent.

 

Face à la gravité de ces problèmes qui plombent le développement des pays de la façade Sud-Est de l’Atlantique, de nombreuses actions de conservation de l’environnement et des ressources naturelles sont menées aussi bien dans les cadres de coopération sous-régionale que continentale, mais les résultats restent cependant très limités au regard des importants besoins pour inverser les tendances lourdes de dégradation des zones côtière et marines et les impacts négatifs sur les conditions de vie des populations.

 

C’est dans ce cadre que les Etats parties ont adopté quatre protocoles additionnels afin de prévenir, atténuer et lutter contre les menaces sur les écosystèmes marins. Il s’agit du :

  • Protocole de Bassam, sur la pollution provenant de sources et d’activités terrestres ;
  • Protocole de Malabo sur les normes environnementales associées aux activités pétrolières et Gazières offshores ;
  • Protocole de Pointe Noire sur la Gestion intégrée des zones côtières ;
  • Protocole de Calabar sur la gestion durable des mangroves.

Cellule de Communication

Vers une Guinée plus inclusive : Les jeunes leaders se mobilisent pour des réformes politiques

Le Conseil National de la Transition en collaboration avec l’USAID et l’expertise de la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES), a organisé à Labé, un atelier thématique de production et de propositions de textes de reformes sur le genre composante jeunes.

 

Cet atelier de deux jours, allant du 27 au 28 août 2023, a rassemblé soixante (60) jeunes leaders venant des préfectures de la Guinée ainsi que des membres du Conseil National de la Transition. L’objectif général de cet atelier était d’appuyer le CNT dans la compréhension et la production de propositions de base pour l’élaboration des textes juridiques afin de prendre en compte la dimension jeune dans les réformes. Alors que la Guinée continue son chemin vers un avenir politique plus inclusif, cet atelier représente un pas important vers une meilleure représentativité des jeunes dans les processus décisionnels et la vie publique.

 

La méthodologie de l’atelier comprenait des présentations sur différents thèmes, notamment la notion d’inclusion des jeunes dans les processus politiques et électoraux, les bonnes pratiques et l’analyse comparative, la mission et le rôle du Conseil National des Jeunes, et la rédaction de textes sensibles au genre. Ces présentations ont été suivies de travaux de groupe axés sur l’identification des préoccupations et la formulation de recommandations concernant la participation des jeunes dans les processus électoraux et politiques, en se concentrant sur les régions.

 

Les résultats de ces travaux de groupe ont ensuite été présentés en plénière, où les participants ont eu l’opportunité d’analyser, critiquer et suggérer des améliorations. À la fin de l’atelier, il est prévu, un rapport complet ainsi qu’une synthèse des résultats des travaux de groupe à préparer et transmettre au CNT, au Ministère de la Jeunesse et au MATD pour examen.

 

Cet atelier est une étape essentielle dans le renforcement de la participation des jeunes dans les processus politiques et électoraux en Guinée. Il a permis aux participants d’acquérir de nouvelles connaissances, de renforcer leurs compétences et de contribuer activement à la formulation de propositions de textes qui favoriseront l’inclusion des jeunes dans les réformes juridiques du pays.

 

Cellule de Communication