PLFI 2024 : Dr Dansa KOUROUMA rappelle le contexte et les grands enjeux de l’examen du budget de l’État

Le gouvernement a présenté le projet de Loi de finances initiale pour l’exercice 2024 aux Honorables Conseillers nationaux, réunis en séance plénière, sous l’égide du Président du CNT, Dr Dansa KOUROUMA, le vendredi 22 décembre 2023, dans la salle de l’hémicycle du Palais du peuple.

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes de l’incendie enregistré au dépôt d’hydrocarbures de Kaloum dans la nuit du 17 au 18 décembre 2023, et présenté les condoléances au peuple de Guinée, au Président de la transition et aux familles éplorées, le Président du CNT est revenu largement sur ce drame qui a affecté les Guinéens.

Ensuite, Dr Dansa Kourouma a rappelé la mission et l’engagement des parlementaires dans l’examen et l’adoption du budget de l’Etat.

« En cette séance plénière, qui inaugure l’examen de la Loi de Finances Initiale 2024 et au regard de tous les défis qui nous attendent, vous conviendrez avec moi, chers collègues, que notre tâche sera très laborieuse. En cette circonstance donc, en plus de notre mission régalienne consistant à légiférer, il nous faudra nécessairement veiller à l’orientation, au contrôle et au suivi-évaluation de la feuille de route de la Transition, à travers l’analyse du budget qui nous est soumis », a t-il rappelé .

Enfin, le Président de l’organe législatif de la transition a mis l’accent sur le travail hardi qui attend aussi bien les parlementaires que le gouvernement pour atteindre les objectifs de développement visés par le Président de la transition.

« Notre engagement est de soutenir l’action gouvernementale, que nous avons le privilège de contrôler, pour réaliser une croissance et une émergence, qui profitent à tous. Une croissance et une émergence qui signifient que tous les citoyens de la République de Guinée ont accès aux services à tous les services sociaux de base, dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.

Notre budget, par l’objectivité et la profondeur de nos analyses, doit être sincère et constructif et, à la fin, nous pourrons clamer que c’est la Guinée qui gagne ! » A fait remarquer Dr Dansa KOUROUMA.

 

Pour sa part, le Premier ministre, Chef du gouvernement, Dr Bernard Gomou, d’un ton grave s’est adressé aux membres du CNT et expliqué l’impact de la crise sur les activités socioéconomiques créées par l’incendie du dépôt d’hydrocarbures. Bref, un sinistre qualifié de tragédie, à cause de son ampleur.


« Notre pays a été durablement touché. (…). Aujourd’hui en regardant l’évolution de la crise, je peux ici vous affirmer que nous traversons une tragédie. Tragédie dans le sens où la plupart de nos ministères je veux parler des services publics sont aux arrêts, la plupart de nos entreprises privées qui paient des taxes sont aux arrêts. Je veux dire également que le système du transport est également à l’arrêt ; et quand le système des transports est à l’arrêt veut dire que jusqu’au dernier village de la République de Guinée est impacté. Et cela, si le gouvernement ne prend pas des mesures idoines, nous pourrons constater des crises suite à l’augmentation du prix des produits de première nécessité », a averti Dr Gomou.

Le Chef du gouvernement a également attiré l’attention des Honorables Conseillers sur l’immensité de la tâche qui attend les autorités et les populations pour réussir la relance économique du pays..

 

« Monsieur le président du CNT, la situation est grave. La plupart de nos compatriotes sont encore sous les décombres. Aujourd’hui, nous ne savons pas exactement combien de Guinéens ont perdu la vie. Nous avons une cellule de crise qui est en train de recenser nos compatriotes et aussi d’autres étrangers qui étaient aux environs de ce site pour que les statistiques puissent être dressées. (…). Les impacts de cette crise sont énormes. Ce n’est pas aujourd’hui, ni demain que nous allons pouvoir trouver toutes les solutions et résoudre cette crise ; cette crise va prendre du temps afin que toute la situation redevienne à la normale », a-il-conclu.

 

Oumar M’BOH et Abdoulaye BALDE

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn